Home


De 20 000 av. J.-C. à l’époque romaine

D’après ce que nous savons, les hommes de Neandertal ont été les premiers habitants de la région que nous appelons aujourd’hui la Suisse. C’était entre 20 000 et 4 000 ans avant Jésus-Christ. Des outils néandertaliens ont été trouvés dans le canton de Neuchâtel, à l’ouest de la Suisse. Plus tard, des sentiers ont été tracés à travers les montagnes et le commerce s’est lentement développé. Des groupes celtes ont quitté le sud de l’Allemagne pour la Suisse actuelle au 1er siècle avant Jésus-Christ. Cette tribu est connue sous le nom d’Helvètes. Ils ont fini par se heurter aux Romains. Ils ont été repoussés en Suisse par l’armée de César en 58 avant Jésus-Christ. Les Romains ont fondé leur province d’Helvétie, dans l’actuelle Suisse, en 15 avant Jésus-Christ.

La population celte s’assimile à la civilisation romaine durant les deux premiers siècles de notre ère. La paix et la prospérité règnent. Les premiers cols furent ouverts, tels que le Julier, le Splügen et le col de l’Oberalp. Plusieurs villes sont également fondées, comme Augst (près de Bâle) et la capitale de l’époque, Avenches (près du lac de Morat, entre Berne et Lausanne).

La période de paix prend fin avec l’invasion de l’Empire romain par les Alémaniques allemands en 260. Les Alpes devinrent des provinces frontalières temporaires sous occupation militaire. Les Romains ont finalement dû évacuer leurs territoires alpins vers l’an 400. Les Alémaniques n’ont pas réussi à conquérir la Rhétie (l’actuel canton des Grisons). Les Romains rhétiques qui vivaient ici étaient également installés dans certaines parties de l’Autriche actuelle et ont opposé une grande résistance aux Alémaniques. Ils ont réussi à conserver leur territoire et ont vécu de manière autonome pendant longtemps. C’est à cette époque qu’est apparue la langue rhéto-romane, qui est toujours parlée dans les Grisons. Les Alémaniques ont occupé l’ouest, où les Burgondes chrétiens se sont finalement installés. Les Burgondes ont adopté la langue latine des Romains. Un processus similaire s’est déroulé dans le sud.

Les quatre langues actuellement parlées en Suisse sont nées à cette époque. Avec l’invasion des Alémaniques, le Nord devient entièrement germanophone vers l’an 900. A l’ouest, le latin vulgaire se transforme en dialecte français. Le sud s’en tient au latin, qui se transforme progressivement en italien. Les Grisons, séparés, conservent leur rhéto-roman.


1291 : formation de la Confédération suisse

Les Francs ont occupé le territoire bourguignon en 534, ce qui a conduit plusieurs familles franques à régner successivement sur cette région. La région a finalement fait partie d’un grand empire divisé en Francie orientale (Allemagne), Francie occidentale (France) et Francie centrale (la plus grande partie de la Suisse actuelle) par le traité de Verdun en 843. Finalement, les souverains de la Francie orientale et de la Francie occidentale ont pris en charge la Moyenne-Francie. Le royaume de Bourgogne a vu le jour à la fin du 9e siècle. La Suisse occidentale et le département français de la Savoie en faisaient partie. L’empire allemand conquiert la région en 1032. Mais sa puissance décline, tandis que celle du duc de Savoie augmente. Un certain nombre de dynasties ont lentement acquis du pouvoir dans le nord et l’est. La famille autrichienne des Habsbourg a fini par régner sur certaines parties de cette région, ce qui a entraîné une forte résistance.

À la mort de l’empereur de Habsbourg, certaines régions ont saisi leur chance et se sont réunies pour conclure une alliance permanente afin de devenir indépendantes : les cantons de Schwyz, d’Unterwald et d’Uri ont formé la Confédération suisse le 1er août 1291. Cet événement s’est avéré être l’acte de naissance de la Suisse actuelle, et le 1er août est toujours une fête nationale à célébrer chaque année.


Du 14e au 18e siècle : les fondements de la neutralité suisse

Les cantons de Lucerne, de Zurich, de Glaris, de Zoug et de Berne ont adhéré à la confédération entre 1332 et 1353, de sorte que le résultat final était une confédération de 8 cantons. La confédération subit les attaques de la Savoie et de la Bourgogne, qui prospèrent à nouveau. La confédération réussie développe une tendance à l’expansion. Elle réussit à régner sur Milan et l’actuel canton du Tessin en 1513 et avait conclu une alliance avec Genève et les Grisons.

En 1515, la confédération perd une bataille contre une force combinée des Français et des Vénitiens. Ce revers entraîne une redéfinition des objectifs : la confédération ne vise plus l’expansion et se déclare neutre. La Confédération s’engage dans un traité “perpétuel” avec les Français, qui constitue encore aujourd’hui la base de la politique suisse.

La Réforme suisse a été lancée à Zürich. Les catholiques ont commencé leur résistance en 1550. Pendant de nombreuses années, les cantons catholiques et protestants s’entre-déchirent. Après une première défaite des catholiques en 1712, le traité d’Aarau entraîne la liberté de culte et la répartition du pouvoir entre les cantons catholiques et protestants.


19e siècle : formation d’un État démocratique fédéral unitaire

L’industrialisation a commencé entre 1700 et 1800. L’industrie textile s’épanouit dans le nord et l’est du pays, tandis que l’industrie horlogère se développe à l’ouest. Cela a fait de la Suisse le pays le plus industrialisé du continent européen. Des scientifiques tels qu’Albrecht von Haller ont apporté des contributions importantes à la science. Il était médecin, poète et professeur d’anatomie, de chirurgie et de botanique. Daniel Bernoulli et Leonhard Euler ont inventé les lois de la dynamique des fluides et développé la première méthode de mesure de la pression sanguine.

La neutralité de la Suisse est restée intacte jusqu’au 12 janvier 1798, lorsque l’armée française, commandée par Napoléon, a envahi le Jura suisse à l’ouest. La France était principalement intéressée par les cols alpins, car ils étaient d’une importance stratégique pour une route directe de Paris à Milan. Cependant, il n’est pas facile de négocier avec les Suisses, et les Français décident de retirer leurs troupes en 1803. Six nouveaux cantons ont été ajoutés à la confédération et trois autres ont suivi en 1815. Les cantons ont reçu l’avantage d’une grande indépendance, qui a été fixée dans un traité.

Malheureusement, le traité a donné lieu à un manque de clarté, qui a même été renforcé par les nombreuses langues et religions différentes. Une grave crise économique débute en 1845, suivie d’un fléau de la pomme de terre qui frappe toute l’Europe. Une autre guerre éclate en 1847, qui se termine par une victoire du général protestant Dufour. La constitution de 1848 a transformé la Suisse d’une confédération lâche en un État fédéral unitaire. C’est la plus ancienne démocratie fédérale du monde après les États-Unis. La nouvelle constitution garantit la liberté de domicile et de religion. Les barrières commerciales internes ont été levées. Le précurseur de la célèbre voiture postale suisse, le car postal à cheval, a commencé ses services en 1849.

Les démocrates prennent le pouvoir en 1869. Désormais, le gouvernement est élu directement par le peuple et tous les projets parlementaires doivent être soumis au vote populaire.


Du 19e au 20e siècle : construction de chemins de fer

La construction de chemins de fer internationaux a permis aux pays voisins d’importer facilement des céréales bon marché d’autres pays que la Suisse. Il en résulte une situation difficile pour le secteur agricole suisse. Les agriculteurs ont réussi à compenser les pertes en se regroupant pour former des coopératives agricoles et en exportant des produits laitiers comme le chocolat, le lait condensé et le fromage. L’industrie chimique et la construction de machines se sont développées et ont complété l’industrie textile et l’industrie horlogère.

La construction de chemins de fer a été un facteur important de cette expansion ( Un peu comme le développement des entreprises de déménagements ), afin de pouvoir exporter rapidement les produits. Le nombre de voies ferrées a plus que doublé entre 1865 et 1885, et la principale réalisation a été l’ouverture du tunnel du Saint-Gothard en 1880. Les voitures postales à chevaux ont été remplacées par des wagons postaux à partir de 1906.

Les trains et les voitures postales jouent toujours un rôle majeur dans les transports d’aujourd’hui. La plupart des endroits en Suisse sont accessibles par les transports publics, ou parfois uniquement par les transports publics. La gare et le bureau de poste sont souvent des lieux centraux dans de nombreuses villes, où l’on trouve également d’autres services comme l’office du tourisme, des distributeurs automatiques de billets et des magasins.
Début du 20e siècle : Première et deuxième guerre mondiale

La Suisse a maintenu sa neutralité pendant la Première Guerre mondiale, entre 1914 et 1918, même si les opinions divergent au sein des communautés suisses. L’armée civile a été mobilisée, ce qui a affecté les salaires, tandis que les prix des denrées alimentaires ont doublé. Cette période montre un glissement de la production vers les services, qui sont toujours un secteur important en Suisse.

La Suisse ne s’est pas non plus engagée dans la Seconde Guerre mondiale entre 1939 et 1945. L’Allemagne a clairement indiqué qu’elle n’appréciait pas un pays présentant une telle diversité culturelle, car cela ne correspondait pas à sa philosophie et à sa propagande racistes. Certains politiciens suisses ont opté pour une politique de conciliation avec les nazis. Les censeurs tentent de supprimer la résistance journalistique contre les nazis, et l’octroi de l’asile aux réfugiés est sévèrement limité sur ordre des Allemands. La Suisse met l’accent sur sa capacité à se défendre afin d’éviter d’être attaquée, et mobilise toutes les personnes éligibles pour le service militaire. Avec beaucoup de difficultés, la Suisse réussit à maintenir à nouveau sa neutralité.
Fin du 20e siècle : maintien de la neutralité

A bien des égards, la Suisse prospère fait des choix plutôt progressistes. Des mesures d’envergure sont prises pour protéger l’environnement et les conditions de vie, le secteur des services est d’excellente qualité, il existe une industrie moderne, un bon réseau de transport et la population a une grande influence sur les décisions politiques telles que la construction de grands projets d’infrastructure. Cependant, dans d’autres domaines, les choix qui ont été faits dans les pays voisins sont adoptés par les Suisses assez tardivement : ce n’est qu’en 1971 que les Suisses ont choisi de donner le droit de vote aux femmes.

Le choix de la neutralité et de l’indépendance, fait 500 ans plus tôt, s’est traduit par une large majorité de la population qui a voté contre l’adhésion à l’ONU (Organisation des Nations unies) en 1986. La Suisse a toutefois accepté de participer activement à certaines agences spéciales et à certains programmes de l’ONU. L’un des résultats a été l’établissement du siège européen de l’ONU à Genève. Une petite majorité de la population a décidé en 1992 de ne pas participer non plus à l’EEE (Espace économique européen), ce qui a été confirmé par 77% de la population en mars 2001. En 1960, la Suisse a rejoint d’autres pays qui ne souhaitaient pas une administration européenne centralisée en participant à l’AELE (Association européenne de libre-échange) avec la Norvège, l’Islande et le Liechtenstein. La Suisse ne partage pas l’avis de nombreux autres pays en faveur d’une monnaie européenne unique. Pour l’instant, le pays s’en tient à son franc suisse alors que les pays environnants utilisent l’euro.
21e siècle : La Suisse rejoint l’ONU et Schengen

La neutralité de la Suisse reste un sujet de discussion. Un accord bilatéral entre la Suisse et l’UE (Union européenne) est entré en vigueur le 1er janvier 2002. Ainsi, de nombreuses barrières commerciales entre les pays concernés ont été levées. En mars 2002, le peuple suisse a de nouveau eu l’occasion de se prononcer sur la participation à l’ONU (Organisation des Nations unies). Cette fois, 55% des votants ont suivi le conseil du président Kaspar Villiger de voter pour l’adhésion. L’ONU a accueilli son 190e membre le 11 septembre 2002 et a ajouté le drapeau suisse aux drapeaux devant le siège de l’ONU à New York. Le président Villiger a souligné que la Suisse adhère à l’ONU en tant que pays neutre, toujours conformément aux souhaits du peuple suisse, mais aussi dans l’intérêt de la solidarité mondiale. “Nous ne sommes pas une île sur cette planète”, a déclaré le président.

Une nouvelle amélioration de la collaboration internationale a été atteinte le 5 juin 2005, lorsque 55% des électeurs suisses ont accepté de participer au traité de Schengen. Cela a permis à la Suisse de simplifier les contrôles aux frontières, car les pays environnants étaient déjà membres de Schengen, et les contrôles aux frontières extérieures de Schengen sont très stricts. La participation active à Schengen a débuté le 12 décembre 2008.

La Suisse n’est pas membre de l’Union européenne ni de la zone euro (pays utilisant l’euro comme monnaie).

Entre-temps, d’autres décisions importantes ont été prises. La Suisse est un pays de transit important pour les passagers et les marchandises entre le nord et le sud de l’Europe. Le peuple suisse a voté en faveur du développement du trafic ferroviaire plutôt que du trafic routier, bien que l’entretien des routes existantes soit également une priorité. Ainsi, les régions alpines sensibles restent attrayantes pour les habitants et les touristes, les émissions de CO2 sont limitées, les temps de trajet sont réduits et la capacité de transport augmente. Sur la ligne Berne-Italie, le tunnel de base du Lötschberg a été ouvert en 2007. Sur la ligne Zurich-Italie, le tunnel de base du Saint-Gothard a été ouvert en décembre 2016. En décembre 2020, le tunnel de base du Ceneri entre Bellinzona et Lugano au Tessin a été ouvert. Ainsi s’achève le projet NEAT : la “Neue Eisenbahn-Alpentransversale”. Les noms alternatifs sont AlpTransit et NLFA : Nouvelle liaison ferroviaire à travers les Alpes.