Les peuples anciens

Entre 2000 et 1400 avant J.-C., une mystérieuse population descendit du nord et, divisée en deux parties, envahit le sous-continent indien et la Grèce, donnant naissance à deux des plus grandes civilisations qui aient jamais existé. C’étaient les Aryens, les Arya (les nobles). Leur langue d’origine était le sanskrit, et il convient de noter que dans cette langue sont exprimés des concepts philosophiques qui seraient impossibles à exprimer dans de nombreuses langues modernes, à l’exception peut-être de l’allemand. Les grands philosophes grecs, en particulier Platon, ont tiré leurs systèmes philosophiques des connaissances antiques apportées par les Aryens. En Inde est née la civilisation indo-aryenne avec ses textes sacrés, les Vedas et les Upanishads, dans laquelle la pensée humaine a atteint les plus hauts sommets de la spéculation philosophique. Le bouddhisme était également d’origine aryenne.
Qui étaient les Aryens et d’où venaient-ils ? Le géographe et explorateur grec Pythias a parlé pour la première fois de la légendaire île de Thulé, où le soleil brille six mois par an et qui se trouve à six jours de navigation de l’actuelle Écosse. Cette île aurait été habitée par un peuple légendaire, les Hyperboréens. Ils auraient été les gardiens d’une Tradition philosophique primordiale qu’ils auraient héritée de la civilisation maintenant disparue de l’Atlantide. Thulé est également mentionné dans la “Géographie” de Ptolémée et dans de nombreux autres ouvrages anciens. Les spécialistes ont tendance à identifier l’île à l’Islande ou au Groenland (Greenland, Gronland = Terre verte) qui, dans un passé lointain, aurait eu des relations avec l’Atlantide, avant qu’elle ne soit engloutie par les eaux. Dans les terres autour du pôle, le jour dure en fait six mois et la nuit la même chose.
Poussés par les changements climatiques, les Hyperboréens, menés par leurs chefs (l’Arya), ont quitté la mythique Thulé et ont migré vers le sud, vers des pays plus chauds, apportant avec eux leur savoir ancestral. Il semble qu’ils se soient installés depuis longtemps en Russie et en Asie centrale, où ils étaient déjà appelés Aryens. Plus tard, ils sont descendus encore plus au sud, ce qui a donné lieu à la migration mentionnée ci-dessus.
Le mythe de cette population hyperboréenne est présent dans la tradition de nombreux autres peuples tels que les Indiens d’Amérique et les Chinois, mais c’est surtout dans les monastères du Tibet que les documents concernant ces événements sont gardés secrets (le Tibet, étant donné son altitude, serait resté complètement indemne du Grand Déluge). Ce n’est pas un hasard si, en 1938, Hitler a envoyé une expédition au Tibet avec l’intention de découvrir les origines de la race aryenne. Notez que le nazisme a adopté comme symbole la svastika, qui était à l’origine le symbole ancestral de la race aryenne. D’autre part, Hitler, avant même d’arriver au pouvoir, était membre de la société initiatique “Thulé”, dont les membres étaient convaincus de la division de l’Humanité en deux civilisations : celle aristocratique des Aryens et celle gynécocratique des peuples méditerranéens et des peuples dravidiens de l’Inde, toutes deux soumises par les Aryens. Dans le monde actuel, au contraire, la civilisation gynécocratique aurait pris le dessus.
Nous avons écrit cet article au conditionnel, conscients que ces lignes courtes sont insuffisantes pour traiter un argument actuellement si délicat. Nous conseillons donc à qui s’intéresse à la Civilisation Traditionnelle de consulter les ouvrages de Renè Guenon et Julius Evola.

Dans les années de l’entre-deux-guerres, de nombreux chercheurs ont commencé à soutenir que pour expliquer un certain nombre de convergences et de correspondances de symboles, de données anthropologiques et philologiques, etc., il faut admettre l’existence d’une race nordique primordiale, qui vers l’âge de pierre se serait déplacée des régions arctiques vers le sud, donnant naissance aux formes les plus élevées d’une civilisation de type cosmique-solaire en fort contraste avec les civilisations préhistoriques “du sud” caractérisées par les cultes de la grande mère.
Selon ces chercheurs, il existait une habitation polaire, la patrie primitive de la race nordique, qui avait développé une sorte de civilisation de “l’âge d’or” (correspondant, selon les dernières recherches, à une période interglaciaire “chaude” entre 40 000 et 28 000 avant J.-C.). Il convient de noter que la même définition scientifique de l'”ère glaciaire” est “l’ère géologique au cours de laquelle les calottes polaires sont recouvertes de glace”. Cela suggère que dans les ères interglaciaires, les calottes polaires étaient totalement ou partiellement exemptes de glace.
Selon le savant allemand Herman Felix Wirth (membre, comme Himmler, de la société secrète Ahnenerbe), un grand nombre de données géologiques, climatiques et botaniques vraiment impressionnantes ont montré qu’à cette époque, entre 70 et 80 degrés de latitude nord, il y avait une température annuelle moyenne comparable à un climat tempéré (environ 10 degrés Celsius, contre les 20 degrés sous zéro actuels à ces latitudes) et que ce territoire avait également inclus l’Islande, le Groenland et les îles Spitzberg.
C’était l’Atlantide polaire, Thulé, la demeure sacrée de la première humanité. Une humanité qui donc, selon Wirth, est née dans une période “tertiaire”, bien avant l’arrivée d’une très forte glaciation (de 28.000 avant J.-C. – la dernière phase du Wurm) qui avait par conséquent obligé les habitants de cet Eden polaire à migrer vers le sud, pour former plus tard l’Atlantide platonique que nous connaissons tous (de 15.000 à environ 9.000 avant J.-C.).
La fin du Wurm, la montée soudaine des mers, ainsi que d’autres catastrophes naturelles (le déluge universel) avaient forcé les survivants de l’Atlantide aryenne à former une diaspora en Europe, en Asie, en Afrique du Nord-Ouest et en Amérique.

Je transcris la définition des “Ipéboréens” tirée de l’Esopedia (l’encyclopédie en ligne de l’ésotérisme) :
La Tradition Primordiale signifie l’héritage religieux, cultuel et social, en quelques mots la civilisation, du peuple Hyperboréen et surtout la summa sapientielle de ses collèges initiatiques. Les Hyperboréens seraient les représentants d’une très ancienne civilisation qui, en des temps très reculés, au mythique âge d’or et en tout cas à la haute préhistoire (ce seraient les ancêtres des Cromagnons qui devraient remonter à 30 000 – 40 000 ans), vivait dans les zones polaires qui jouissaient alors d’un climat délicieux. Les Hyperboréens seraient les dépositaires et les diffuseurs d’une révélation primordiale que l’on retrouve ensuite chez les Indo-Européens et de là chez tous les peuples appartenant à ce stock. Au fil du temps, cette transmission horizontale, c’est-à-dire historique, s’est renouvelée et a été corroborée par l’expérience directe des voyants qui ont redécouvert en eux-mêmes la sagesse non humaine mais divine et transcendante qui avait été révélée à l’origine aux Hyperboréens. Il leur a été révélé pour le simple fait que, du moins en ce qui concerne le cycle dans lequel nous vivons, ils sont les géniteurs de l’humanité… du moins d’une partie de l’humanité.

Comme on le sait, le concept d'”Aryens” compris comme une race supérieure a conduit au développement d’idéologies racistes au cours du siècle dernier. Peut-être que, jusqu’à présent, le concept de “race de l’esprit” n’a pas été bien clarifié. Ce concept, développé surtout par le spécialiste des sciences traditionnelles, Julius Evola, est centré sur la considération que les Aryens avaient une “qualité psychique” supérieure qui leur permettait de développer des concepts philosophiques très élevés, totalement étrangers aux populations autochtones qu’ils soumettaient au cours des siècles. De plus, l’élite de ce groupe avait probablement vécu ce que la tradition hindoue et bouddhiste appelle “l’Illumination” et toutes les grandes œuvres des Vedas et des Upanishads comme en Voyance Suisse étaient une tentative de transmettre cette sagesse par les mots.
On peut alors sérieusement douter que les Aryens aient été les dépositaires de connaissances beaucoup plus anciennes qui leur ont été transmises par des civilisations antérieures disparues.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code