Quelle anesthésie avant augmentation mammaire ?

Anesthésie – générale, sédation ou locale ?

L’anesthésie générale signifie que vous êtes complètement endormi – vous n’avez aucune conscience de ce qui se passe pendant l’opération, aucune sensation d’inconfort pendant l’opération, aucun souvenir de ce qui s’est passé pendant l’opération et aucun souvenir du réveil après l’opération. Qui pourrait demander quelque chose de plus agréable ? Certes, certaines personnes craignent l’anesthésie générale, généralement par manque de compréhension de ce qu’elle implique. Lors d’une augmentation mammaire, l’utilisation de l’anesthésie générale présente des avantages distincts par rapport aux autres techniques. Voici une brève description des différences entre les trois types d’anesthésie :

Anesthésie générale

Des médicaments sont administrés par voie intraveineuse pour vous détendre, toutes les angoisses que vous pouvez avoir disparaissent et vous vous endormez lentement. Une fois endormi, un tube respiratoire est doucement placé dans votre trachée, par lequel de l’oxygène et certains médicaments anesthésiques sous forme de gaz vous sont administrés. Vos signes vitaux et vos niveaux d’oxygène et de dioxyde de carbone sont surveillés en permanence pour votre sécurité. L’anesthésie générale vous offre les avantages suivants :

  • Aucune perception de la douleur,
  • Aucun souvenir de la période entre le moment où vous vous endormez et celui où vous vous réveillez,
  • Une relaxation musculaire et un sommeil paisible.

Vos voies respiratoires sont protégées par le tube respiratoire et la relaxation musculaire est importante pour réduire l’inconfort postopératoire et faciliter l’opération (les muscles ne résistent pas aux efforts du chirurgien). Dans l’ensemble, les médicaments anesthésiques seront éliminés de votre organisme plus rapidement avec l’anesthésie générale qu’avec la sédation intraveineuse.

Anesthésie locale

Des médicaments sont injectés dans le site de l’opération pour engourdir les tissus – de sorte que les nerfs de la douleur dans les tissus ne fonctionnent pas. Cette anesthésie ne vous procurera aucun degré de relaxation mentale. Pour les opérations plus importantes, il peut être difficile d’utiliser l’anesthésie locale car il existe des limites quant à la quantité de médicament anesthésique local que vous pouvez recevoir avant que des doses toxiques soient atteintes. Cela peut poser un problème pendant l’opération si le degré d’engourdissement des tissus est insuffisant et qu’il faut augmenter la dose de médicament. Il n’y a pas non plus de relaxation musculaire, ce qui signifie que le chirurgien devra tirer plus fort sur votre muscle pectoral, d’où une plus grande gêne après l’opération.

Anesthésie locale + sédation (orale ou intraveineuse)

L’anesthésie locale est administrée comme ci-dessus, mais une sédation est également administrée pour vous détendre. Si une sédation est administrée, vous devez être surveillé par un anesthésiste ou un infirmier anesthésiste, car une sédation excessive peut entraîner l’arrêt de votre respiration. Une surveillance adéquate permet d’éviter ce phénomène ou, du moins, d’intervenir immédiatement si cela s’avère nécessaire. Parfois, si la sédation locale + ne fonctionne pas bien (difficulté à maintenir le niveau de sédation au bon niveau), le patient peut alors être converti en anesthésie générale. Il n’y a toujours pas de relaxation musculaire avec la sédation. Cela nécessite un médicament spécial. La relaxation musculaire signifie qu’aucun de vos muscles n’est capable de bouger, et si votre muscle pectoral sera bien détendu et ne luttera pas contre les efforts du chirurgien, vos muscles respiratoires seront également détendus et ne fonctionneront pas, c’est pourquoi une anesthésie générale est nécessaire lorsque la relaxation musculaire est utilisée.

Est-ce que je pratique la chirurgie sous anesthésie locale ou sous sédation ?

Bien sûr – tout le temps. Cependant, pour une augmentation mammaire, la façon la plus optimale de procéder, tant pour le chirurgien que pour le patient, est, à mon avis, sans aucun doute, l’anesthésie générale.

Qu’est-ce qu’une “augmentation mammaire éveillée” ?

L'”augmentation mammaire éveillée” est une procédure d’augmentation mammaire réalisée sous anesthésie locale alors que vous êtes éveillée. Certains chirurgiens vous donneront également un sédatif pour vous détendre, d’autres non. Cette procédure nécessite l’injection dans vos seins d’une solution d’anesthésique local (“médicament anesthésiant”). Les partisans de cette procédure prétendent que vous êtes “impliquée dans le choix de la taille” de vos implants pendant l’opération et que vous vous rétablirez plus rapidement. Bien que cela puisse sembler logique à première vue, ce n’est pas le cas pour plusieurs raisons :

  1. Vous devez être complètement assise à 90 degrés pour voir comment les implants se présenteront, ce qui est très difficile à faire sur une table d’opération.
  2. Pour toutes les augmentations mammaires, le résultat immédiatement après l’opération ne ressemble en rien au résultat final plusieurs mois après l’opération (les seins sont trop remplis en haut et pas assez en bas) – alors comment la patiente peut-elle juger du résultat ? Lors de l’opération, il est préférable que le chirurgien expérimenté, qui comprend comment la forme du sein augmenté évoluera avec le temps, détermine si le choix d’un implant spécifique est correct pour ce sein particulier.
  3. Si vous êtes sous sédatif, comment pouvez-vous commencer à donner votre avis avec un esprit clair sur ce à quoi vous voulez ressembler ? Il est difficile de regarder vers le bas avec les champs opératoires qui vous gênent. Peut-être qu’une infirmière tient un miroir devant vous. Tous ces efforts ne vous aideront pas à fournir une contribution éclairée pour le dimensionnement. On a même entendu dire que le chirurgien faisait venir le petit ami du patient dans la salle d’opération pour donner son avis !!!!. C’est ridicule et dangereux !
  4. Les principes de la planification basée sur les tissus mous pour déterminer la taille des implants mammaires ne sont pas respectés, ce qui entraînera des erreurs dans la pose d’implants surdimensionnés, avec un taux de révision chirurgicale beaucoup plus élevé et un temps de récupération plus long.
  5. Si l’anesthésie locale ne procure pas un soulagement complet de la douleur, vous ne pourrez pas être endormie pour terminer l’opération – vous devrez essentiellement “faire la tête”. On en a été témoin il y a de nombreuses années, lorsque j’étais résident en formation. Ce n’était pas beau à voir. On ne fera JAMAIS subir cela à un de mes patients.
  6. Si des problèmes importants surviennent pendant l’opération, là encore, vous n’aurez pas l’avantage d’avoir un anesthésiste pour vous aider à les gérer.
  7. En ce qui concerne la récupération, une anesthésie générale rapide (environ une heure) est éliminée de votre organisme très peu de temps après l’opération. Par conséquent, la récupération de l’anesthésie n’est pas un problème. En fait, si vous avez besoin d’un sédatif pendant votre intervention, il vous faudra peut-être plus de temps pour vous remettre de votre “gueule de bois” que d’une courte anesthésie générale ! En d’autres termes, en utilisant l’anesthésie générale, on vous donne moins de médicaments, et non plus, que si vous aviez reçu une anesthésie locale plus une sédation intraveineuse !
  8. Inconfort postopératoire – seule une anesthésie générale permet au chirurgien de pratiquer l’intervention avec des relaxants musculaires. Les relaxants musculaires empêchent temporairement les muscles pectoraux de se contracter pendant l’opération. Il est donc plus facile pour le chirurgien de diviser et d’élever les muscles pendant l’opération pour faire la poche mammaire. Si le chirurgien doit tirer plus fort pour combattre la contraction des muscles pectoraux, la gêne postopératoire sera beaucoup plus importante. Les myorelaxants ne peuvent être administrés que pendant une anesthésie générale, sinon vous ne seriez pas en mesure de respirer par vous-même. Le résultat final est une douleur postopératoire beaucoup moins importante, ce qui élimine dans 98 % des cas la nécessité de prendre des analgésiques narcotiques après l’opération, ainsi que les nausées et les vomissements qui accompagnent l’utilisation de narcotiques. Voir https://forum.doctissimo.fr/forme-beaute/chirurgie-esthetique/Augmentation-mamaire/cherche-chirurgien-suisse-sujet_222950_1.htm pour en Savoir plus !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code